CPF de transition

Le CPF de transition, un dispositif pour financer une réorientation professionnelle

Se substituant, depuis le 1er janvier 2019, au congé individuel de Formation (CIF), le CPF de transition représente un dispositif du Compte Personnel de Formation, devant permettre à tous les salariés d’initier une reconversion professionnelle. En s’engageant dans la mobilisation du CPF de transition, le salarié peut suivre une formation certifiante devant lui permettre de changer de métier ou de profession.

Quelles sont les conditions pour bénéficier du CPF de transition ?

Pour pouvoir prétendre au dispositif, le salarié en CDI doit justifier d’une ancienneté de 24 mois dont 12 mois dans la même entreprise. Cette ancienneté peut être continue ou non. Pour le salarié en CDD, ce dernier doit pouvoir justifier de 24 mois de contrat au cours des 5 dernières (dont 4 mois en CDD au cours des 12 derniers mois). Cette condition d’ancienneté est levée pour les salariés licenciés pour motif économique mais aussi pour les travailleurs en situation de handicap.

La liberté d’initiative et de décision laissée au salarié pour renforcer son parcours professionnel

Le salarié devra alors informer son employeur 120 jours avant le début de la formation si celle-ci dure plus de 6 mois, ou 60 jours avant si la durée de la formation n’excède pas 6 mois ou si elle se déroule à temps partiel. L’entreprise devra répondre dans les 30 jours, et si elle ne le fait pas, l’autorisation sera acquise.

L’entreprise ne pourra refuser ce CPF de transition que si les conditions d’ancienneté ne sont pas respectées ou si le salarié n’a pas respecté le formalisme imposé. En revanche, l’entreprise pourra demander un report de ce congé de transition professionnelle dans la limite de 9 mois, en justifiant sa demande par les conséquences préjudiciables de ce congé sur la bonne marche de l’entreprise ou par la présence d’autres salariés déjà mobilisés par le CPF de transition.

Formation digitale et CPF de transition, une voie pour répondre aux nouvelles exigences de l’entreprise

Le CPF de transition peut être mobilisé pour suivre une formation d’architecte Web, d’expert Webmarketing ou de toute autre formation dans l’univers du digital et du web. Pour pourvoir suivre une telle formation certifiante dans l’univers du digital, le salarié pourra utiliser la Validation des Acquis de l’expérience (VAE) pour justifier de la pertinence de sa demande.

A partir du 1er janvier 2020, le salarié s’adressera aux commissions paritaires interprofessionnelles (CPIR). Ce sont elles, qui instruiront les dossiers de CPF de transition, et qui prendront en charge financièrement ces projets de transition professionnelle.

(Jusqu’en 2020, ce sont les Fongecif, qui se substituent aux CPIR). Le CPF de transition impose au salarié d’élaborer un projet de formation, qui sera la base pour la validation (ou non) de la demande. Si le salarié peut se faire accompagner par un conseiller en évolution professionnelle, il devra aussi identifier ses acquis professionnels, afin de préciser la durée et le parcours de formation, qui devra être suivi.

L’accord de la CPIR garantira au salarié sa rémunération tout au long de la formation, ainsi que la prise en charge des frais pédagogiques et des frais liés à la période d’apprentissage.